Banniere FSM 2016

La fin d’une longue étape

3 janvier 2017

Lettre aux lectrices et aux lecteurs

Sur 6 journées, des milliers de citoyen-ne-s du monde se sont mobilisé-e-s pour participer à cette 12e édition du Forum social mondial à Montréal, le premier à se dérouler dans un pays dit « du Nord ». Le défi d’organiser cet événement majeur était de taille, et l’ambiance qui régnait durant le Forum fut une très belle récompense du travail acharné des nombreuses personnes et organisations qui se sont mobilisées pour le bâtir durant les trois dernières années.

Au regard des carcans autoritaires, néolibéraux et néo-conservateurs, des violences et des inégalités qui se multiplient à travers la planète, nous avons été mû-e-s par le désir de participer à la multiplication d’espaces où les idéaux, expériences et pratiques créatives communiquent et se renforcent mutuellement. Il est aujourd’hui urgent de renforcer une solidarité des peuples qui transcende les clivages. Car il est désormais clair qu’il n’y a plus, d’un côté, un monde développé et, de l’autre, un monde sous-développé. Il n’y a qu’un seul monde et il est mal-développé : dans ce contexte, il est essentiel que l’on assume notre responsabilité, afin d’assurer un changement positif mondial. Ce n’est qu’en établissant des dialogues entre les alternatives réelles à la crise de civilisation qui nous ronge – tant dans le Sud que dans le Nord – que nous cheminerons collectivement vers un monde plus respectueux de l’humain et de la Terre.

Le processus FSM 2016 aura porté en lui d’innombrables défis et apprentissages : l’organisation d’un événement ponctuel de cette envergure par une équipe majoritairement bénévole relève de l’exploit et nous remplit de fierté. Toutefois, elle comporte nécessairement des écueils qu’il est important de reconnaître dans une perspective auto-critique, utile pour des actions futures : cette perspective a animé la rédaction de ce rapport.

Depuis le début de l’initiative, l’accessibilité au Canada était pointée comme la principale difficulté à laquelle nous ferions face. Et en effet, les procédures trop restrictives pour l’octroi de visas et le défaut d’un fonds de solidarité conséquent furent des freins à la participation de nombreuses personnes provenant du Sud – qui auraient définitivement enrichi nos perspectives durant le FSM avec leurs vastes expériences et leurs connaissances. L’enjeu entourant le refus de nombreux visas fut largement médiatisé durant le FSM 2016 et dans les semaines qui ont suivi, et s’est ranimé avec la polémique entourant la présence de Justin Trudeau en Chine, ou encore la venue de l’activiste français José Bové – député européen militant  contre les accords de libre-échange entre le Canada et l’Europe. Il est clair que ce sujet est plus que jamais d’actualité : il est fondamental de continuer à se mobiliser avec force pour la libre circulation des personnes, et pour le respect des droits des migrant-e-s et des réfugié-e-s.

Maintenant que le FSM 2016 est derrière nous, il est important de réaffirmer notre compromis envers le processus plus large des Forums sociaux dans le monde, qui est plus vivant que jamais, et tout autant nécessaire. La construction d’espaces de reconnaissance et de rapprochement des différentes entités de la société civile et citoyenne – que ces espaces soient nommés Forums sociaux ou autrement – est essentielle. Or, nous croyons que l’avenir du FSM réside dans la résilience des acteurs-trices qui les construisent, comprenant que grâce à des moments de rassemblement leurs positions se renforcent mutuellement : nous alimentons ainsi l’espoir d’une transition concrète vers des sociétés plus justes. Un engagement dynamique de tous les acteurs-trices est nécessaire, afin de construire des ponts qui viennent remplacer les murs que l’on voit encore s’ériger même dans les milieux progressistes, et qui viennent consolider les silos caractérisant malheureusement trop souvent nos milieux. Partageons nos perspectives critiques avec respect, et travaillons pour rendre nos actions complémentaires.  En cultivant l’ouverture avec persévérance et humilité, notre pluralité devient notre plus grande richesse.

Voici donc ici le rapport du Collectif de facilitation du processus FSM 2016 ainsi que  ceux de plusieurs comités autogérés qui ont contribué activement à la dynamique. Nous souhaitons que nos regards critiques croisés enrichissent le processus de transformation du monde.

Un Autre Monde est nécessaire, et seulement en agissant ensemble il devient possible !

Consultez la page des rapports finaux en cliquant ici.

Partager